dimanche 16 octobre 2011

Une image de Dieu



Infiniment-Complexe,
Informaticien(ne)
de la relation sublime.

Une image de Dieu
Par Pierrette
Autobiographie.

Sommaire

1- Introduction


Pierrette est une grand-mère qui livre ses réflexions pour les générations futures. Elle fait tout son possible pour apporter sa pierre à la construction du monde à venir. Elle ne cesse pas de chercher à comprendre le sens de sa vie.

2- Dans quel univers se trouve-telle?


D'abord la nature, les humains avec toute leur diversité, les animaux, les plantes tout ce qui est vivant et le monde minéral, la terre avec ses plaines et ses montagnes, les fleuves et les océans, le soleil, la lune tous les astres.
 Scientifique, elle est époustouflée quand elle prend connaissance de la matière et de sa structure.
Au fur et à mesure qu'elle s'approche du cœur de la matière vivante ou minérale, vers ce qui est de plus en plus petit, elle va de surprises en surprises et elle ne regarde plus ce qui est autour de elle de la même façon devant tant de diversité et de complexité dans la constitution  de tout ce qu'elle côtoie.
De même, en examinant avec les télescopes le ciel pour voir de plus en plus loin vers les planètes, les étoiles, les galaxies et tout ce qui s'y trouve, l'univers apparaît de plus en plus immense.
Le mot qui vient à l'esprit est Admiration;
- Admiration de la matière, de sa structure et des énergies formidables qu'elle contient
- Admiration de tout ce qui est vivant depuis la plus petite bactérie, jusqu'au plus gros dinosaure dont les restes sont parvenus jusqu'à nous.
- Admiration devant la multitude des humains et leur incroyable diversité.



3- Comment cet univers s'est-il constitué ?



Pour commencer, elle part de là où elle est.
Elle est au 21ème siècle, elle fait partie des humains  et elle a une idée, grâce à tous les travaux des savants de l'histoire de l'univers dans lequel elle est plongée. La connaissance de cette histoire se précise de plus en plus par les découvertes des humains qui l'étudient.
Il permet de savoir d'où elle vient.
Voici de façon extrêmement simplificatrice les grandes lignes de ce qui s'est passé :
Il y eu d'abord, voilà 13,7 milliard d'années environ, un éclair d'énergie pure, en un lieu où n'existent encore ni l'espace ni le temps, un lieu vide de matière mais plein d'une énergie indifférenciée au sein de laquelle les quatre forces élémentaires (forces nucléaires fortes et faibles, forces électromagnétiques, forces gravitationnelles) qui vont constituer l'univers sont comme fusionnées.
Et ce fut le big-bang, un gigantesque processus d'expansions et de refroidissement qui  se met alors en place. L'énergie primordiale se transforme en une sorte de soupe extrêmement chaude de particules matérielles ou énergétiques et peut-être même des antiparticules soumises à des forces et des fonctions mathématiques. Dans cette soupe règne une activité intense, l'activité est spontanée. D'une façon qui leur est propre, les objets quantiques ont des qualités comparables aux organismes vivants. Tout se transforme en devenant de plus en plus complexe. Se forment des systèmes physiques qui évoluent vers des systèmes chimiques.
Au cours des quelques millions d'années qui suivent, cette soupe se fragmente en particulier en quelques milliards de nuages qui deviendront autant de galaxies. Sous l'effet de la gravité, ces nuages s'agrègent en objets célestes de plus en plus denses jusqu'à ce que s'allume en leur sein une réaction nucléaire. Ainsi nait une étoile. Des milliards d'étoiles  vont s'allumer dans chaque galaxie puis s'éteindre une fois brulées toutes leurs réserves. La mort d'une étoile se traduit par une déflagration fulgurante qui projette dans l'espace des matériaux qui se sont accumulés en son sein lors de réactions nucléaires successives. Cette poussière d'étoiles  permettra la formation d'astéroïdes  puis de planètes lorsque de nouvelles étoiles se formeront.
C'est ainsi qu'au sein de notre galaxie, une étoile, notre soleil est apparu et s'est agglutiné autour de lui de la poussière d'étoiles qui a donné les planètes qui tournent autour de lui.
Elle évolua, évolua, se refroidit, se modifia, jusqu'à ce que les conditions pour accueillir l'éclosion de la vie soient réunies.
A partir de molécules organiques venues de l'espace ou issues du volcanisme terrestre (des poussières d'étoiles), se formèrent des macromolécules organiques de plus en plus massives et complexes.
Des processus catalytiques permettent la fabrication de composants hautement complexes tels que les acides aminés (dont l'ARN (Acide RiboNucléique) qui est le premier porteur du codage génétique), les protéines, la molécule ATP (Adénoïde TriPhosphate), la bicouche lipidique, tout ce qui, à la base, est nécessaire pour la formation de cellules vivantes.
Puis par une suite de variations / innovations triées par sélection naturelle va émerger la première entité de l'appareillage actuel du vivant. Cette entité a été appelée le DACU (Dernier Ancêtre Commun Universel). Dans cette entité l'ADN (Acide DésoxyriboNucléique) va remplaces l'ARN pour être dépositaire du code génétique. Cela s'est produit il y a 3,5 milliards d'années.
Tout cela ne semble reposer en apparence que sur le hasard des rencontres moléculaires, le déterminisme des lois physico-chimiques  et par la suite sur des mécanismes complexes au cours desquels joueront à la fois le hasard des mutations, le pouvoir de sélection de l'environnement, les échanges de gènes et des coups de chance fantastiques (selon Duve);
Par des mécanismes extrêmement complexes et d'une rareté indicible, le DACU va évoluer, il en sortira les procaryotes (microbes, bactéries de toutes sortes) qui n'ont pas encore de noyau et qui représentent aujourd'hui sur la terre plus de la moitié de la matière vivante.
Puis des procaryotes, (par fusion génomique de deux procaryotes) serait apparue la cellule eucaryote. Les brins d'ADN se sont tous rassemblés à l'intérieur d'un noyau flottant, c'est la mémoire génétique du vivant.
Ces processus se sont étalés sur une durée de l'ordre d'un milliard d'années, il y a environ deux milliards d'années;
Par des jeux d'une complexité extrême des cellules se forment avec une affinité végétale, d'autre avec une affinité animale, Ces cellules se modifieront jusqu'à ce que surgisse la reproduction sexuée, merveilleux facteur de diversité. C'était il y a environ 1,5 milliard d'années.
Alors apparaitront les trois grands règnes des multicellulaires: les végétaux, les mycètes (champignons) et les animaux.
Depuis, au fil du temps, ces espèces se diversifient pour conquérir tout l'espace qui leur est offert. Elles se spécialisent et s'adaptent de plus en plus finement à leurs biotopes. Et pourtant, surviennent de temps en temps des catastrophes qui remettent tout en cause, remodèlent de fond en comble l'environnement et font disparaître un grand nombre d'espèces.
Peut-on trouver un fil d'Ariane à ce fabuleux processus d'évolution de la vie? Il se pourrait que la montée en complexité tant des organismes que du cerveau en soit un.
Après l'infiniment grand, et l'infiniment petit, apparaît à notre esprit la monté de la complexification dans tout l'univers.
Alors, au sein du règne animal, les systèmes nerveux se complexifiant, c'est la montée de la cérébralisation qui s'accompagne de psychismes de plus en plus riches permettant une meilleure connaissance du milieu et de s'y adapter de mieux en mieux par apprentissage.
A la fine pointe de l'évolution du monde animal, le corps humain tout entier est jusqu'à présent ce que la nature a produit de plus complexe en particulier son cerveau avec ses cent milliards de neurones interconnectés jusqu'à trois mille fois chacun.
Il a fallu encore une longue évolution pour en arriver là, des changements morphologiques à partir de ses lointains ancêtres mais aussi des changements sociaux culturels comme l'usage de l'outil, la localisation de l'habitat, la domestication du feu, les grandes chasses, etc.
Ce sont, pour en citer les principales étapes, une phase ou les hominiens comme par exemple  les australopithèques, l'homme de Rhodésie,  l'homme de Neandertal ont disparus. Puis ce fut l'homo habilis, l'homo erectus, pour en arriver à l'homo sapiens actuel.
Depuis que les premiers homos sapiens ont émergés, leur population n'a cessé de croître. Ils se sont multipliés, multipliés jusqu'à atteindre environ 6,9 milliards de personnes de nos jours.
Avec l'humain émerge la pensée réfléchie : il sait qu'il sait et la pensée symbolique se traduisant dans un premier temps par l'invention des sépultures, des mythes et rituels religieux, de l'art pariétal et la confection de statuettes et de bijoux. Le phénomène religieux accompagnerait ainsi l'homme depuis l'avènement de l'homo sapiens et se trouverait à l'origine de nos cultures et institutions.
La montée en complexité se fait non plus sous forme biologique mais sous la forme d'une montée de conscience sociale et culturelle.
Les humains découvrent petit à petit le fonctionnement de l'univers tel que nous l'avons décrit. Ils vont inventer avec la technologie, les outils jusqu'aux robots et tous les systèmes artificiels. Les systèmes sociaux vont se complexifier et les systèmes symboliques s'enrichir.
Grâce au développement des technologies modernes de la communication (Internet en  particulier), la collectivité des humains communique à l'échelon mondial.
Après, la formation du cosmos (cosmogénèse), l'évolution biologique (biogénèse),  le pas de la co-réflexion est franchi. Cette montée des consciences et de leur interconnexion est en train d'advenir (noogénèse). Dans cette situation, les systèmes symboliques doivent évoluer. 
Lors de toute cette évolution, un mystérieux processus joue un rôle primordial c'est phénomène d'émergence.
Il désigne, dans un système dynamique en formation, l'apparition de nouvelles caractéristiques à un certain degré de complexité. Si chaque composant du système émergeant est examiné, cela ne permet pas de connaître le comportement qu'ils ont quand ils sont ensemble. Quelque chose de complètement nouveau apparaît. Toute l'évolution est émergence de nouveautés.



4- D'où vient-elle?


Pourquoi actuellement est-elle là avec tous ces êtres humains dans cet univers qui l'entoure plutôt que rien ?

Elle répond :
Parce qu'elle a eu des parents qui l'ont mise au monde. Et tous les humains qui l'entourent ont eu des parents.
Mais pourquoi ont-ils des parents plutôt que rien ?
Parce qu'eux-mêmes ont eu des parents, qui ont eu des parents, qui ont eu des parents… toutes les générations précédentes ont eu des parents et l'on peut remonter ainsi jusqu'aux premiers humains. Toutes ces personnes font partie du système humain.
Mais alors se pose la question pourquoi y a-t-il un système humain plutôt que rien?
Parce qu'avant le système humain, il y a eu tous les systèmes vivants qui ont eu comme origine le début de la vie avec les fameux DACU.
Mais pourquoi y a-t-il des systèmes vivants plutôt que rien ?
Parce qu'avant les systèmes vivants et les DACU, il y a eu les systèmes chimiques qui ont permis la formation de l'univers, de tous les corps célestes, du soleil et de la terre ainsi que du monde minéral qui nous entoure par la formation de molécules et l'apparition de mécanismes complexe de catalyse et de boucles de régulation. Et ces systèmes chimiques continuent à évoluer.
Mais pourquoi y a-t-il eu ces systèmes chimiques plutôt que rien ?
Parce qu'avant il y a eu les systèmes physiques avec des atomes et avant les atomes, des particules élémentaires.
Mais pourquoi y a-t-il eu ces systèmes physiques et ces particules élémentaires ?
Parce qu'avant il y a eu l'énergie primordiale. C'est le fameux big-bang, cette fantastique explosion, cet éclair d'énergie pure surgissant en un lieu où n'existe ni espace ni temps, un lieu vide de matière mais plein d'une énergie indifférenciée au sein de laquelle les forces élémentaires qui vont constituer l'univers aussi bien dans l'infiniment petit que dans l'infiniment grand sont comme fusionnées.
Comment de l'énergie peut-elle devenir matière ?
Par la théorie de la relativité, Pierrette sait et il y a des preuves que, dans certaines conditions très particulières, il y a équivalence entre énergie et matière et donc que de l'énergie peut devenir matière et la matière énergie (E=mc2).



5- La grande question est pourquoi y a-t-il eu le big-bang qui a permis le développement de l'univers ?


Etant un être humain placé dans l'univers tel qu'il est aujourd'hui, Pierrette ne peut pas en avoir une idée si elle ne l'observe pas le plus globalement possible. Elle a vu comment à partir du big-bang l'énergie-matière  a évolué jusqu'à faire émerger l'univers tel qu'il est actuellement. Mais pour pouvoir faire cette démarche, il a fallu que les savants partent de ce qu'il y a aujourd'hui et comme pour un jeu de piste remontent des indices qu'ils trouvent dans ce qui les entoure et qui leur sont accessibles pour reconstituer cette histoire. C'est l'examen et la synthèse du travail que font tous les scientifiques qui permet cette reconstitution.
Ils découvrent, petit à petit, les lois qui permettent de mieux approcher le fonctionnement de la nature.
Au fur et à mesure que l'humanité avance dans la connaissance, les scientifiques découvrent de plus en plus précisément :
Les règles de mathématiques
Les lois de fonctionnement de toute la physique y compris dans l'énergie-matière
Les lois de compositions toutes celles de la chimie
Les lois de répartition de la matière dans l’espace de l’univers
Les lois de la gravitation (même leur théorie quantique), de la courbure de l'espace de la dynamique évolutive de la construction et de l’organisation progressive du monde qui vont amener l'émergence de l’univers, du système solaire, de la terre,
L’émergence de la vie, des plantes et des animaux avec l'esprit et enfin de l’humain avec la conscience dans une complexification croissante.
Des lois qui régissent le comportement  des humains …

Dans l'état actuel des connaissances, Les scientifiques prennent conscience de la complexité des processus d'émergence qui régissent toute l'évolution.
L'émergence, c'est l'apparition de propriétés d'un ensemble qui est tout autre que celle de la somme des parties qui le composent. Un exemple extraordinaire est l'émergence de la vie à partir de matière.
Le fait de l'existence de l'humanité, telle qu'elle est, découle de toutes ces lois et processus d'émergence. En même temps, quand les savants recherchent à énoncer ces lois, ils doivent tenir compte du fait qu'elles ont permis à la vie d'apparaître. Ce qui semble à la fois évident et mais avec des conséquences extrêmement complexes. L'étude détaillée des implications de cette affirmation a de profondes conséquences en physique et en particulier en cosmologie, où il apparaît que les lois de la physique sont sujettes à un nombre étonnamment important d'ajustements fins sans lesquelles l'émergence des structures biologiques n'aurait jamais pu apparaître dans l'univers.

Quant aux processus d'émergence eux-mêmes, Pierrette cherche à les approcher dans les systèmes complexes.
Elle a appris qu'il y a équivalence entre énergie et matière et donc que dans certaines conditions très particulières, de l'énergie peut devenir matière et la matière énergie.
Mais elle se demande qu'en est-il de ces circonstances particulières pour que étapes après étapes dans le plus petit comme dans le plus grand, tout l'univers ait émergé d'un énergie-matière initiale ?
En fait, pour l'observateur, l'émergence n'est pas quelque chose de statique. Le hasard, la loi des grands nombres, la sélection naturelle y jouent un rôle. Mais l'émergence ne peut pas s'expliquer complètement par ces phénomènes. L'émergence est dynamique. Elle se caractérise par un processus. Il y a de l'action, une organisation qui réagit en fonction de l'environnement pour obtenir un résultat. L'organisation est active, elle s'auto-organise, elle est dépendante et solidaire de l'environnement. Pour que cela fonctionne il faut à l'organisation de l'information : Au vue de l'état dans lequel est le système, il lui faut deviner à quel résultat, alors inconnu parce que futur, aboutir pour s'organiser pour avancer dans le sens de ce qui est en voie d'émergence. Le système est alors comme attiré par le résultat. Tout cela comporte de l'information.  Au fur et à mesure de l'avancement, il lui faut réexaminer le point ou se trouve son état pour progresser vers le résultat qui l'attire en s'éclairant petit à petit  avec ces informations. L'organisation en tient compte. Le système s'approche ainsi du résultat qui ne sera certain que quand l'émergence a eu lieu. C'est ainsi que l'information donne lieu à un processus d'ajustement permanent de l'information elle-même et de l'organisation.
Cela ressemble à un jeu de piste dont l'objectif semble imprévisible. Mais les indices trouvés permettent de deviner de mieux en mieux vers quoi le système se dirige et ainsi d'ajuster la stratégie pour se rapprocher de l'objectif qui n'est pas clair pour l'observateur. Il y a un sens et un objectif déroutant qui ne sera connu définitivement que quand l'émergence à eu lieu.
Toute l'évolution à l'échelle microscopique comme à l'échelle du cosmos s'est donc effectuée pour aboutir à l'émergence de l'état actuel de l'univers. Il y a donc une dynamique et un sens attractif. Pierrette s'aperçoit que, dans cette dynamique pour suivre le sens, l'information est à la base du processus.
En résumé : c'est par l'information qu'il y a la connaissance de l'état présent, des perspectives vers lesquelles aboutir et de l'organisation qui en découle. L'information est remise à jour en permanence au fur et à mesure de l'évolution de l'état présent et des perspectives vers lesquelles le système est attiré pour faire émerger quelque chose d'entièrement nouveau.
C'est ainsi que les échanges entre matière et énergie supposent toujours l'intervention d'un troisième terme essentiel l'information.
Autrement dit, tout «être»—chaque particule, chaque champ de force, même le continuum espace-temps lui-même—tire sa fonction, sa signification, son existence entière—même si c'est indirectement dans certains contextes—à partir d'informations.
Chaque élément du monde physique a au fond—un fond très profond, dans la plupart des cas—une source immatérielle et une explication, que nous appelons la réalité, qui surgit, en dernière analyse, par la pose de questions et de l'enregistrement des réponses mesurables.

Le mathématicien informaticien John Archibald Wheeler a résumé cela selon la formule paradoxale "It from bit". "It" pour tout «être». "From" pour vient de. "Bit" pour l'unité élémentaire de l'information.

Parce que:
 (Traduction de "It from bit" par Jean-Pierre Dupuy)
Cette information est constituée de toutes les lois avec les constantes ajustées, nécessaires à l'émergence de l'univers et de la vie.

Parce que dans l'univers tout a eu un commencement. Même, l'histoire de l'œuf et de la poule a eu un commencement car ils sont arrivés petit à petit par évolution.

Avec l'information le monde va entrer dans :
"Une dynamique d'organisation et de recherche de sens au sein même de la matière énergie qui l'amène à évoluer pour que démarre et continue le processus de construction de l'univers."


6- D'où vient l'information initiale ?


Alors va se poser la question  d'où vient cette information et cette dynamique qui va faire commencer le temps ?

Pierrette va à nouveau observer que le monde n'est pas fait que de matière. Il y a le vivant et du vivant a émergé l'humanité.
L'humanité a des caractéristiques qui sont propre au vivant et à elle-même.
L'humanité est composée de personnes masculines ou féminines. Ces personnes sont dotées de psychisme, de raison et de conscience. Elles entrent en relation entre elles.
D'où proviennent les informations et le processus qui a permis à ce vivant d'émerger ?
Il a fallu que préexiste du personnel au-delà de tout personnel, de la conscience au-delà de toute conscience, de la raison au-delà de toute raison, du psychisme au-delà de tout psychisme, du relationnel au-delà de tous les relationnels, sublimation de l'Amour, pour que de l'énergie matière initiale puisse émerger l'humain.

Pierrette l'appelle l'Infiniment-Complexe. Parce qu'elle est humaine avec son langage limité, elle personnifie ce qui est au-delà de toute personne. C'est cet Infiniment-Complexe qui est à l'origine des informations et des processus d'émergence dans l'univers et qui a imaginé et injecté lors du big-bang toutes les lois qui vont régir l'univers et qui en a ajusté les constantes pour que le vivant puisse émerger.

En regardant l'Univers Pierrette se rends compte qu'on peut l'imaginer comme un ordinateur infiniment complexe. Cet ordinateur est vivant et s'auto-construit continuellement. Les lois de la nature sont comme un logiciel implanté qui sert à son auto-développement. Dans toute la matière-énergie il y a en plus de l'information initiale, ce qui indique le sens de l'émergence continuelle et fait que les choses se fassent. Pierrette l'appelle Oméga

A l'origine l'Infiniment-Complexe se comporte comme l'informaticien(ne) qui va introduire toutes ces informations et lancer le processus d'évolution.
Toute la matière de cet ordinateur est animée. En plus de l'information initiale, il y a celui qui l'anime, qui indique le sens, qui est l'attracteur et qui fait que les choses se fassent jusqu'à la fin du monde, Pierrette l'appelle Oméga. Il fait partie de l'Infiniment-Complexe


7- Pourquoi l'Infiniment-Complexe a-t-il lancé ce processus ?


Pierrette ne peut savoir que ce qu'elle observe. C'est là qu'elle considère l'humanité. C'est un fait; l'humanité est là. Donc Infiniment-Complexe l'a voulue.
Quelles sont ses intentions ?
De toute évidence, c'est mystérieux. Mais puisque l'Infiniment-Complexe a lancé le processus, c'est qu'il y avait un objectif. Or en tant qu'humain à quoi Pierrette aspire-elle le plus ? C'est aimer et être aimée. Elle est un être de relation. Bien sûr un être bien incomplet; mais elle est quand même un être de désir.
Donc Pierrette pense que l'Infiniment-Complexe a lancé ce processus avec un but :
Plongé dans cette humanité, au sein d'une nature difficile, avec l'espace de liberté qui lui est propre, chacun est unique et a une fonction spécifique pour permettre que cette humanité évolue vers la connaissance du monde, d'elle-même, de son origine et de son état actuel et de lui-même afin de travailler à son futur.
L'important pour ce futur est, par-dessus tout, les relations des humains entre eux et avec leur environnement.     
Infiniment-Complexe est entièrement relation.
Son amour pour l'humanité est sans limite. Il se fonde sur l'amour, dans la discrétion, et la liberté qu'il donne à chaque personne qui est unique.
Infiniment-Complexe envoie l'Esprit pour aller à la rencontre de chaque humain entrer en relation avec lui et lui inspirer sa présence.

L'Infiniment-Complexe,
informaticien(ne)
de la relation sublime.
Dans un ordinateur il y a des mémoires. La terre et l'univers gardent des traces du passé depuis le big-bang que les scientifiques interprètent. C'est une mémoire physique du monde. Pierrette pense qu'il y a une mémoire vivante pour ce que tous les humains, depuis leur émergence dans le monde, ont vécu dans leur vie. Cette mémoire s'enrichie de générations en générations. Seul l'Infiniment-Complexe sait ce qui y est conservé et comment cela vit. Mais Pierrette pense que l'essentiel est ce qui a fait grandir les humains en humanité, individuellement et surtout dans leur ensemble. Ainsi, en face de l'Infiniment-Complexe grandit un tout Autre qui est l'essence même de toute l'humanité depuis son commencement avec lequel il entre en relation.
Chaque humain  participe au tout Autre qui, au-delà de la mort, est face à l'Infiniment-Complexe.
Sous quelle forme est ce tout Autre, c'est un mystère.

L'Infiniment-Complexe est, dans ce qui est donné de pouvoir percevoir, à la fois :
Dieu relationnel, l'Esprit qui met en relation les personnes avec l'Infiniment-Complexe et les inspire a été appelé Saint-Esprit. Les humains peuvent le découvrir au fond d'eux-mêmes



Dans le livre de la genèse de la bible, il y a deux récits de la création, suite à toutes ces réflexions, Pierrette propose un troisième récit de la création.

8- Troisième récit de la création


Au commencement, Dieu désira un Univers qui d'un chaos initial aurait la possibilité d'évoluer en toute liberté vers un monde peuplé de Personnes formant une Humanité à son image et à sa ressemblance pour entrer en relation avec Lui.
Pour initialiser cet Univers, Dieu le dota de toutes les lois nécessaires pour lui permettre de se développer, Il en ajusta les constantes. Il confia à son Christ-Oméga le soin d'en être la flèche pour indiquer le sens et faire que les choses se fassent et à son Esprit-Saint d'en assurer les relations.
A partir de toutes ces informations, dans un éclair d'énergie tourbillonnante, apparurent le temps et l'espace. L'univers se déploya aussitôt en énergie et nuage de matière.
Alors, la matière se corpusculisa, s'agrégea, et se complexifia dès que les conditions de l'environnement le permettaient. Des étoiles s'allumèrent dans le ciel. En leur sein s'élaborèrent les matériaux lourds qui allaient ensemencer l'univers.
Des milliards d'années plus tard, de nouvelles étoiles naquirent et captèrent autour d'elles ces matériaux lourds pour en faire des planètes. Parmi elles, le soleil et la terre.
Ni trop proche ni trop éloignées du soleil, ni trop chaude ni trop froide, ni trop grosse ni trop petite la terre put accueillir enfin la semence de vie. Alors, voici trois milliards et demi d'années, naquirent dans les océans les premières bactéries capables, grâce à leur filament d'ADN, de reproduire leur structure.
La vie se fit inventive et persévérante. Au fond des mers germèrent les algues bleues qui allaient partir à la conquête de la terre ferme, donnant à foison plantes et fougères géantes. Suivant le sens indiqué par le Christ-Oméga, apparut la sexualité pour permettre la diversité des individus et des espèces en jouant sur le hasard des rencontres. Ainsi fut rendue possible l'évolution vers des formes vivantes toujours plus complexes au psychisme de plus en plus riche et autonome. Dans les océans et les fleuves se mirent à grouiller crustacés et mollusques. Longtemps après parurent les poissons, ancêtres de tous les vertébrés. Eux aussi se mirent en devoir de conquérir la terre ferme.
Les lois fixées  par Dieu conduisirent toutes ces espèces, végétales et animales à se multiplier, à occuper l'espace et à s'y adapter sans cesse.
A chaque cataclysme rencontré par la terre, des espèces puissantes et dominatrices par leur force et leur spécialisation furent remplacées par des espèces nouvelles, plus plastiques et intelligentes. C'est ainsi qu'après la disparition des dinosaures, voici 65 millions d'années, vint l'âge des mammifères. A leur tour, ils colonisèrent la terre, les eaux et l'air.
Attirée par le Christ-Oméga, voici près de cinq millions d'années, du sein du groupe des primates se détacha une nouvelle lignée. Une longue évolution lui fit acquérir la station droite, la main préhensible, l'usage de l'outil, … ce qui rendit anatomiquement possible l'émergence du gros cerveau humain aux cent milliards de neurones interconnectables. Avec l'homo sapiens, apparu il y a cent mille ans, un être vivant capable de pensée consciente et réfléchie était prêt pour l'aventure humaine.
Alors, Dieu donna à l'être humain, homme et femme, la parole, le symbole et l'art pour leur permettre de créer un monde intérieur qui soit à l'image du monde réel et où pourrait se dire la rencontre du divin. Dieu confia à l'homme le soin de la sauvegarde et du développement de son œuvre.
Dieu chargea le Christ-Omega de Le faire découvrir à l'Humanité pour lui permettre, en toute liberté, de l'adorer et de contribuer à œuvrer dans le sens de l'Amour au sein de son Univers.


9- Y a-t-il d'autres planètes habitées, d'autres univers avant le notre ou en parallèle ?


Pierrette ne sait pas mais rien ne l'empêche, seul l'Infiniment-Complexe pour l'instant peut le savoir. Veut-il mettre l'humanité en réseau avec d'autres êtres vivants ???



10-  Objectif grandir en humanité en devenant soi pour se tourner vers les autres.


Maintenant Pierrette a une idée de ses origines qui pour elle est cohérente.
Elle ressent en elle-même le désir impérieux que l'humanité dans son ensemble grandisse en humanité.
Partout où la relation est accueil et échange, elle ouvre à un accroissement d'être.
Partout où cet accroissement d'être se produit l'humanité avance.
C'est une chose de savoir que sa raison porte à croire que Dieu existe et cela en est une autre de vivre sa vie de telle façon qu'elle soit accomplissement pour soi-même et élan vers l'autre.
Pour Pierrette grandir en humanité, en vivant en vérité, est un chantier qui dure toute la vie.
Pierrette ressent cette exigence dans toutes les dimensions de son existence.

Jacques Musset a très bien décrit ce que vivre en vérité entraine pour l'être humain :
"Exigence de lucidité sur sa manière d'exister, sur la cohérence entre son dire et son faire, sur les héritages qui le conditionnent, sur ses ambiguïtés, ses limites, ses peurs, ses attachements, ses répulsions, ses illusions, son histoire passée…
Exigence de vivre vrai dans sa relation à autrui, exigence qui invite à l'écoute, à la compréhension, au soutien, au respect, au pardon, à la remise en cause personnelle…
Exigence de probité intellectuelle dans sa recherche spirituelle (Cette exigence amène Pierrette à actualiser en profondeur l'enseignement de son Eglise institutionnelle)…
Exigence de recueillement pour se ressourcer, pour ne pas céder à l'activisme, aux illusions;
Exigence de consentir à la réalité telle qu'elle est pour en faire un tremplin de maturation, d'approfondissement, ce qui implique détachement et renoncement… (Pierrette ajoute confiance dans tous les autres humains qui ont le souci de vivre vrai et de penser juste et espérance dans l'avenir)
Cette exigence, sorte de voix intime, qui se murmure dans le silence ou s'impose parfois avec insistance et d'une manière récurrente, rejoint ce que Marcel Légaut appelle "motion intérieure" A travers cette inspiration venant des profondeurs de son être et l'appelant à vivre en vérité, il lisait les traces en lui d'une "action qui n'est pas que de lui mais qui ne saurait être menée sans lui". Il en concluait qu'on pouvait "appeler cette action qui opère en soi l'action de Dieu sans nullement se donner de Dieu – et même s'y refusant - une représentation bien définie"
Beaucoup n'identifient pas cette action intérieure comme venant de Dieu et cependant ils font avancer l'humanité par leur manière d'être. Pierrette l'identifie comme venant de Dieu, (Saint-Esprit). La démarche de Pierrette est de faciliter cette identification en faisant sauter des obstacles que leur raison pouvait mettre devant cette identification.
Savoir que Dieu existe donne une grande responsabilité. "Cela implique l'impérieuse nécessité de la démarche de foi qui consiste à prendre conscience de soi. Et à reconnaître Dieu comme la source d'exigences intimes qui s'élèvent du cœur, l'origine des appels des profondeurs de l'homme, la poussée des intuitions dans la recherche de l'homme".
Ce que Dieu attend de chacun d'entre nous et de nous tous est :

"Une question nouée à l'homme qui prend conscience de soi,
Question, proche du mystère que l'homme est en lui-même
Question née d'une "absence" qui se creuse avec elle,
Question qui porte l'attente et qui se nourrit d'elle
Et qui meurt avec elle quand l'homme se renie,
Question qui ne supporte aucune réponse vraie
Mais sans cesse en suggère quand elle reste vivante
Base mystérieuse entre les hommes
Elle les oppose entre eux quand ils se l'approprient"

Pierrette au début de sa vie ne se posait pas de question. Sa grand-mère lui avait communiqué la confiance en Marie, mère de Jésus. Il lui a été donné d'avoir confiance en l'humain et de collecter des indices auprès de ceux qui étaient sur son chemin, petit à petit, au long de son existence, sans le savoir. Ces indices, elle les a rassemblés et organisés pour sa théorie de l'Infiniment-Complexe. Toute sa vie, elle a été à l'écoute des Evangiles sans bien en connaître le sens. Et pourtant, elle sent bien maintenant que c'est cette écoute qui lui a permis de ne pas passer à coté des indices qui lui étaient proposés par la vie et d'y prêter attention même si parfois elle ne savait pas pourquoi. A la fin de sa vie, elle comprend que c'était sa mission.

Elle répond, c'est savoir que tout humain sur la terre a une mission, devenir ce pour quoi il est là. Il cherche à la remplir avec les talents qui lui sont propre. Jésus est venu comme un grand Frère pour nous indiquer le chemin. En s'imprégnant de ce que Jésus avec Marie comme mère, en tant qu'humains ont vécu et sont venu nous communiquer dans le langage de leur époque, celui qui rencontre les Evangiles peut chercher à en vivre. Ainsi il a un guide pour grandir en humanité en devenant ce pourquoi il est au monde :
.Jésus et Marie se rencontrent à travers les Evangiles
Découvrir l'humanité de Jésus et de Marie est un don pour que nous puissions faire évoluer notre propre humanité.

Ce qui est important c'est que l'humanité grandisse en humanité.
Alors Dieu, qui place chacun dans un contexte qui lui est propre, saura ce qui, en lui, y a contribué.



11-  Comment l'humanité évolue-t-elle dans son ensemble pour grandir en humanité ?


L'humanité dans son ensemble depuis le commencement est semblable à un être humain dont le corps est constitué de cellules. Chacun humain en est une cellule.
Chaque cellule a un rôle important par rapport à ce corps.
Les cellules se renouvellent. Les humains naissent vivent et meurent.
Mais le corps garde la trace de ce qu'elles ont été.
L'humanité est née, elle a eu une enfance, elle a maintenant sa crise d'adolescence, il lui faut atteindre la maturité.
Quand l'humanité est née, comme un père et une mère humains éduquent leur enfant pour le faire avancer dans sa vie, l'Esprit les a inspirés.
Ce n'est pas sans difficulté car cet enfant est parfois long à comprendre et, étant libre, il se trompe. L'humanité ne va pas toujours dans le bon sens. Alors, il lui est nécessaire de savoir que cela ne va pas, pour la faire changer de chemin. Par le mal, elle sait qu'elle n'est pas sur la bonne piste, comme un enfant qui en mettant sa main sur le feu se brûle et se fait mal pour qu'il retire sa main du feu. Elle peut ainsi chercher et tester une autre voie.

Par essais successifs, elle accumule un savoir, sur le monde, sur elle-même et sur le sens de sa vie.

Avec l'émergence de la parole, il y a eu l'humanité naissante de la préhistoire, les âges de pierre, de bronze, de fer, puis ce fut l'avènement de l'histoire où les hommes, cellules de l'humanité, se multiplièrent  et peuplèrent le monde. Des cultures naissent. Des civilisations se développent et disparaissent laissant la place à d'autres civilisations, Les connaissances se communiquent, s'accumulent au fur et à mesure que le temps passe. Cela entraîne le développement entre autres : du langage, de l'écriture, du calcul, des mathématiques, de la géographie, de l'astronomie, de l'imprimerie, de l'électronique de la robotique, de la cybernétique de l'informatique, des communications des télécommunications des toutes les multiples sciences qui ont permis d'acquérir et d'accumuler des connaissances jusqu'à l'Internet avec la capacité de les mémoriser, d'y accéder, de les communiquer et ainsi de les partager. Cela entraîne des mutations considérables de société et de civilisation.

En même temps, et en symbiose avec les connaissances sur le monde, l'humanité a appris à se connaître elle-même. La médecine, la génétique, la connaissance du cerveau et du psychisme, l'histoire, la sociologie, les sciences des religions, et toutes les sciences permettent à l'humanité de connaître l'homme en lui-même et en relations avec les autres et avec le monde.

Le sens se révèle petit à petit aux hommes.
Les hommes sont passés de la conscience de soi à la spiritualité.
Au fur et à mesure que les hommes ont progressé dans leur manière de vivre en familles, en clans, nomades puis sédentaires, en groupes de plus en plus importants, en sociétés, en nations, le sens été perçu par chacun de ces groupes avec un point de vue partiel. Il était lié à ce qui les concernait et que leur esprit était capable de capter compte tenu de l'avancement de leur savoir, de leur état psychique et du chemin qu'ils avaient pris en fonction de ce qu'ils savaient déjà et qu'ils tenaient de leurs ancêtres. A chaque civilisation, des points de vue nouveaux se construisent. Chacun de ces points de vue contient une part de vérité et des points qui restent dans l'ombre. Ces points de vue de par leurs différences conduisent les hommes à s'affronter. Mais, en réponse aux prières des hommes, par tâtonnements, avancées et reculs, débats, controverses, recherches, humains particulièrement éclairés, l'image que l'humanité, en prenant de l'âge, se fait du sens de sa vie progresse. Dans certaines civilisations,  le sens se concentre sur devenir soi et l'humain. Dans d'autres, c'est celle des Dieux puis d'un Dieu qui progresse. Depuis le début chaque civilisation nous a laissé des traces de sa spiritualité que paléontologue, archéologues, historiens théologiens et bien d'autres retrouvent, rassemblent et en recherchent le sens.
L'Esprit a organisé une sorte de jeu de piste pour les hommes afin de leur faire connaître le sens. Ces indices, quand nous cherchons à les décrypter nous mettent sur le bon chemin.
(Cette évolution est extrêmement complexe et mystérieuse. Pierrette, qui n'est pas une spécialiste, va donner là quelques jalons de son point de vue pour entrevoir une vision d'ensemble)
         Chaque croyance a un sens pour guider les humains dans leur quête d'eux-mêmes et du sens. Quand, au sein d'une culture, ce que l'Esprit voulait faire connaître aux humains  d'eux-mêmes et du sens était exploré, la civilisation engendrée par ce point de vue s'effondrait. Mais il en restait des traces pour nous permettre de connaître cet aspect de l'humain et du sens. Leur mémoire permet à humanité de s'enrichir de cette diversité.
         Elles contribuent toutes à leur niveau à la constitution d'un patrimoine précieux. Les confrontations brutales, qui les amenèrent à leur extinction, incitèrent l'esprit de l'humanité à aller plus loin
         A l'humanité, des repères ont été donnés pour évoluer spirituellement. Ce sont des humains remarquables, qui remplissant pleinement leur mission, émergent parmi les autres et apportent des éléments essentiels qui vont contribuer à l'avancement de civilisations entières.
Au fur et à mesure que l'humanité progressait, les arts florissaient et elle avait appris l'écriture. Par les arts elle exprimait sa sensibilité au monde et au divin. Grâce à l'écriture, les textes fondateurs, qui lui ont été inspirés par l'Esprit pour la guider, ont pu perdurer : les Védas, les textes bouddhistes, les écrits Egyptiens, l'Iliade et l'Odyssée, la Bible juive, les Evangiles, le Coran… L'humanité en grandissant a besoin de chercher ses origines et par là même de trouver qui elle est, d'où elle vient et où elle va. Chaque objet, chaque texte a un sens partiel pour la guider dans sa quête d'elle-même et du sens global vers lequel nous attire Oméga.

         Dans les affres de sa naissance, l'humanité, avec une spiritualité naissante, a enterré les morts, ce qui est une démarche de respect de l'humain. Puis elle a peint sur les murs, ce qui suggère qu'elle avait des sentiments en relation avec l'Esprit, celui des animaux, des phénomènes et des éléments de la nature. Elle ressentait ce que la matière et le vivant  avait de vital pour eux. Elle cherchait inconsciemment et ne pouvait voir que ce qui lui était accessible et qui conditionnait sa vie. En progressant au milieu de son environnement, elle élargissait sa vision sur ce qui l'entourait, le désir de retour à la terre mère à pu évoluer vers le désir de garder le contact avec les morts, le culte des ancêtres. Les humains ont cru de façon chaotique, diversifiée et complexe à l'échelon de chaque culture - mais globalement en progression constante dans le sens de plus de conscience –. qu'il existait un sens à ce qu'ils vivaient et qu'ils cherchaient à vivre en en tenant compte.
         Dans certains endroits, l'observation des cycles de renaissance de la nature et des souffrances humaines ont conduit les spiritualités orientales à s'inspirer du fait que les causes de celles-ci peuvent être trouvées dans l'incapacité à voir correctement la réalité. Cette ignorance, et les illusions qu'elle entraîne, conduisent à l'avidité, au désir de posséder davantage que les autres, à l'attachement et à la haine pour des personnes ou des choses. Cette spiritualité; extrêmement riche, étant plus une philosophie qu'une religion a permis de développer certains aspect qui permettent à l'humain de grandir en humanité, en particulier que la conscience n'est pas localisable tout le corps et de tous les sens en font partie et pour eux cette conscience perdure dans des réincarnations successives. (Il est important que les humains recherchent à être dans les meilleures conditions physiques et mentales possible pour faire fructifier leurs talents). Elle a conduit aussi  à mettre en valeur le fait que la mort, n'est pas due à une faute de l'homme mais est inhérent à la nature (évitant de développer un sentiment de fausse culpabilité) et à combattre  la souffrance humaine, en commençant par soi.
         Dans d'autres endroits les humains se sont tournés vers le ciel en adorant les astres, la terre, la lune, le soleil, des animaux, des êtres extraordinaires, mélange d'hommes et d'animaux. Ils ont cru aux demi-dieux, aux dieux, puis en un seul Dieu.
         Certains en Orient dans l'Jndouisme ont conservé la multiplicité des Dieux pour que chacun trouve ce qui correspond à la spiritualité qui lui est accessible dans le Dieu ultime si complexe.

Les hommes se créaient une image du spirituel en rapport avec leur culture, en rapport elle-même avec l'image qu'ils avaient du spirituel. Les deux allant de pair et progressant de concert.
En Occident, les grecs ont cru en l'organisation des humains pour créer une société harmonieuse qu'ils ont appelé la démocratie. Ils ont cru dans le développement de l'humain vers une spiritualité plus grande; Ils parlaient de l'enfer.  Les égyptiens surent que les Dieux nous réservaient une vie dans l'au-delà qui continuait ce nous avons vécu sur la terre. Ils adorèrent même un Dieu unique. Ces civilisations se sont éteintes comme un fruit mur tombe de l'arbre au moment opportun  pour que leur message se transmette. Elles contribuent toutes à leur niveau à la constitution d'un patrimoine précieux. Les confrontations brutales, qui les amenèrent à leur extinction, incitèrent l'esprit de l'humanité à aller plus loin
L'humanité sentait qu'elle avait un esprit pour qu'elle abandonne ses instincts primitifs et qu'elle se civilise mais elle cherchait comment faire, en réponse à la violence des hommes entre eux, il fallait que leur Dieu se montre sévère. Soumise à la nature sans comprendre ce à quoi elle était destinée, beaucoup se le représentaient comme un être supérieur violent qui s'offense facilement. Seul des sacrifices pouvaient apaiser sa colère, projetant sur Dieu leur propre instinct : ils croyaient qu'il fallait lui offrir de ce qu'il avait de plus précieux, jusqu'à lui sacrifier les plus beaux de leurs enfants. Ces boucs émissaires devaient apaiser Dieu.
Ces civilisations se sont éteintes. Alors de nouvelles cultures les relayèrent les sacrifices humains furent remplacés par des sacrifices d'animaux, toujours pour apaiser la colère des Dieux. En même temps que les hommes vivaient dans des sociétés de plus en plus organisées, l'humanité apprenait à se dégager des lois barbares de la nature en utilisant leur esprit. Les cultures en se confrontant s'enrichissaient les unes les autres
Des nouvelles civilisations émergèrent avec des organisations spécifiques dues à ces visions du monde et de Dieu qui évoluaient.

Parmi celles-ci, le peuple juif inspiré par l'Esprit fut celui de la foi en un Dieu  unique et juste. La bible judaïque fut son guide pour savoir ce que Dieu attendait de lui. Deux événements fondateurs y sont décrits :
- Dieu fit savoir à Abraham qu'il pouvait remplacer le sacrifice de son fils par un bouc. Dieu n'attend pas des hommes des sacrifices humains
- Moïse reçut les tables de la loi. Il y a des règles qui gouvernent les relations entre les hommes que les hommes doivent respecter pour sortir de la barbarie.
L'humanité trouvait ainsi la base pour faire émerger lentement la découverte de la psychologie et se préparait, par la certitude que ce peuple avait de l'existence du Dieu unique, à l'avènement d'un Messie qui lui permettrait de conquérir la terre.
C'est alors que survient l'événement tout à fait nouveau. Dieu a voulu ouvrir les yeux de l'humanité en lui dévoilant une transformation radicale de l'image de ce qu'il attend d'elle. Dieu nous demande d'aller au-delà de la loi, il est plus exigeant, il nous assure de son amour et il nous demande d'avoir confiance en l'Esprit et d'aimer en faisant fructifier tous nos talents.
Pour en montrer le chemin, il fallait un être humain exceptionnel, Divin par ses relations avec l'Esprit, issu d'une mère exceptionnelle toute confiance en l'Esprit.



12-  Quels guides a-t-elle ?


Jésus et Marie, furent le Don divin pour permettre à l'humain de s'accomplir.
Teilhard de Chardin décrit la venue au monde de Jésus fils de Marie :
"Les prodigieuses durées qui précèdent le premier Noël (naissance de Jésus) ne sont pas vides de lui (Christ-Oméga), mais pénétrées de son flot puissant. C’est l’agitation de sa conception qui remue les masses  cosmiques et dirige les premiers courants de la Biosphère. C’est la préparation de son enfantement qui accélère les progrès de l’instinct et l’éclosion de la Pensée sur terre.
Ne nous scandalisons plus sottement des attentes interminables que nous a imposées le Messie (Christ-Oméga). Il ne fallait rien de moins que les labeurs effrayants et anonymes de l’Homme primitif, et la longue beauté égyptienne, et l’attente inquiète d’Israël, et le parfum lentement distillé des mystiques orientales, et la sagesse cent fois raffinée des Grecs, pour que sur la tige de Jessé (ancêtre juif de Joseph, l’époux de Marie de laquelle est né Jésus) et de l’Humanité, la Fleur pût éclore. Toutes ces préparations étaient cosmiquement, biologiquement nécessaires pour que le Christ prit pied sur la scène humaine (en devenant Jésus) …

Il a fallut 2000 ans pour que l'humanité progresse avec des tâtonnements et des erreurs terribles, dans sa connaissance d'elle-même et du monde pour que Teilhard de Chardin se rende compte de l'importance de l'évolution sur l'image que l'on peut avoir de Dieu et qu'elle en tire la conclusion :

Dieu, Infiniment-complexe, est aussi :
- Amour véritable et mystérieux, tel celui d'un Père et d'une Mère parfaits.
- Initiateur de l'univers, Esprit des lois de la nature
- Christ, présent partout depuis l'origine pour attirer l'univers en évolution vers son achèvement.
- Esprit Saint, Inspirateur des hommes, par lequel il entre en relation et se révèle peu à peu à l'humanité pour la mener vers l'Accomplissement.
- Jésus, incarnation du Christ, dans une condition humaine véritable, pour nous montrer le Sens à travers les Evangiles, nous manifester l'Amour de Dieu, et par sa mort et sa résurrection, signe de sa présence en Esprit parmi nous, nous ouvrir à l'Espérance.
- Marie, mère de Jésus, incarnation de l'Eternel Féminin. Par son assomption elle est toujours vivante en Esprit parmi nous et continue à nous guider.

Jésus, par sa mort, est le bouc émissaire parfait, Dieu ne veut plus de nos vengeances ou de nos sacrifices pour nous satisfaire ou apaiser sa colère. Il veut que nous le connaissions que nous  l'aimions et que nous nous consacrions aux autres et à l'avenir de l'humanité.
Marie par sa confiance et sa disponibilité pour sa mission est un exemple de don de soi et d'espérance.



13-  Et qu'en est-il des autres philosophies ou religions?


Là aussi l'évolution fera son travail. Chacune à son sens qui permet à Pierrette de construire sa théorie. Et l'humanité doit se construire non pas dans l'uniformité et la contrainte mais dans l'unité avec la diversité, le discernement et la liberté. Chacune devra évoluer dans un sens qui lui est propre. Il faut avoir confiance. D'autant plus qu'il y a beaucoup de générosité dans ceux qui se dévouent pour les autres et l'humanité en croyant que tout est fini avec la mort. Avec les progrès des communications entre eux, les humains auront l'occasion de se connaître, de s'apprécier et d'avoir accès à la Vérité s'ils le désirent en toute liberté.


14-  Et l'Eglise ?


Non pas l'Eglise hiérarchique qui, pour l'instant, n'est pas encore mure pour évoluer en positivant tous les humains, mais celle de tous ceux qui, en son sein, cherchent la Vérité. Ils l'amèneront à se convertir tôt ou tard, même si elle ignore certains pour l'instant.
Ce que Pierrette désire de son Eglise, c'est qu'en son sein on apprenne à écouter les autres, à rechercher la Vérité quoi qu'il en coûte de remise en question et finalement à apprendre à s'aimer les uns les autres avec toutes nos facultés humaines.
Jusqu'à présent, le monde était en phase de socialisation d'expansion, ce qui explique, mais n'excuse, pas certains comportements expansionnistes et protectionnistes de l'Eglise contraires à l'Amour universel. Maintenant, avec la mondialisation et la montée de la conscience de chaque personne, le monde, qui se tourne vers l'avenir, est en phase de socialisation de compression. La mission de l'Eglise est de le faire converger dans la paix.


15-  Et l'Amour


Pour Saint Paul, "l'amour prend patience; l'amour rend service, l'amour ne jalouse pas. Il ne se vante pas; ne se gonfle pas d'orgueil; il ne fait rien de malhonnête; il ne se réjouit pas de ce qui est mal, mais trouve sa joie dans ce qui est vrai; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout"

Il nous faut y rajouter l'utilisation des connaissances que l'humanité a acquises et l'évolution de la société depuis saint Paul :
L'amour apprend à devenir en toute confiance ce que Dieu attend qu'il soit. Il travaille d'abord pour mettre en valeur ses talents par lui-même, avec l'aide des autres, en priant Dieu de l'inspirer.
L'amour prend soin de la terre car elle est fragile et Dieu la veut belle.
L'amour s'enrichit des différences.
L'amour veut son prochain heureux surtout celui qui a besoin de lui. Il veut que lui aussi développe ses talents et remplisse sa mission.
L'amour veut l'harmonie des groupes auxquels il appartient et ce, depuis les plus proches celui qu'il croise sur son chemin, la famille, au travail, les associations qu'il côtoie  jusqu'aux plus grands ; la ville, la région, la nation, l'humanité toute entière. Il y travaille de tout son possible pour qu'ils accomplissent ce dont ils sont chargés. Il veille aussi à l'harmonie des groupes entre eux pour que, ceux auxquels il n'appartient pas, contribuent aussi à l'œuvre commune et à la paix.
Cette œuvre c'est notre bonheur de bâtisseur d'un monde d'amour pour les générations futures : monde dans lequel les êtres humains vivront les uns pour les autres, heureux ensemble dans la diversité en se tournant vers Dieu.
Que chaque humain puise dans les connaissances acquises par l'humanité dans tous les domaines celles qui lui permettront d'avoir le discernement pour accomplir ce dont il est chargé et la faire avancer dans ce sens avec l'aide du Saint Esprit.






16-  Et la mondialisation ?


L'humanité se trouve maintenant devant le choix :
Nier son passé et tout ce travail de lente découverte et de continuer à grandir dans "le chacun pour soi" sans autre but en courant à sa perte
Où, au contraire, faire confiance et œuvrer selon le désir de Dieu pour conduire l'humanité, son enfant, qui a traversé toutes les phases de l'apprentissage de la vie vers l'âge adulte, en travaillant à l'avènement d'une ère nouvelle qu'elle pressent.
et
nous invite à une union totale avec lui.




17-  Ont été très largement utilisés :


et le cours de Gérard Donnadieu : Dire la foi chrétienne dans la langue des  sciences pour l'évolution, la vision du monde.

et le livre (à paraitre) de Jacques Musset : Etre chrétien dans la modernité pour devenir soi.et redonner corps à l'homme Jésus et à son message.

Wikipédia pour des définitions.